La librairie est ouverte du mardi au samedi de 9h à 19h.

28-30 rue aux Cordiers
71400  Autun 

03 85 52 07 32

autunlibrairie@gmail.com

Une vie frottée d'ail. La cuisine provençale d’hier et de demain
EAN13
9782352554325
ISBN
978-2-35255-432-5
Éditeur
Éditions de l'Épure
Date de publication
Nombre de pages
304
Dimensions
24 x 17,1 x 4 cm
Poids
1178 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une vie frottée d'ail. La cuisine provençale d’hier et de demain

Éditions de l'Épure

Offres

Surnommé le pape de la cuisine provençale ou le Pagnol de la cuisine française, Gui Gedda, né à Marseille en 1932, a marqué de son empreinte la restauration méridionale avec ses trois établissements de Bormes-les-Mimosas. Sa vie de cuisinier, enracinée dans l’histoire familiale, fut marquée par de nombreux voyages et, surtout, par le goût des autres et de la transmission. À l’âge de dix-sept ans, alors en apprentissage dans un hôtel-restaurant de la Canebière, il se mit à écrire les recettes ensoleillées de sa grand-mère pour lutter contre le « cafard monstre » qui le gagnait, le soir, après le service : sa famille lui manquait et les appellations gastronomiques françaises, telle la volaille demi-deuil, laissaient dubitatif le jeune homme habitué aux dénominations chantantes de la Provence. Il devint au fil des décennies un auteur prolifique, accomplissant un extraordinaire travail de codification de la cuisine provençale traditionnelle à travers une quinzaine d’ouvrages où s’entremêlent récits et recettes hauts en saveur. Ce nouveau témoignage, qui compte près de 500 préparations et des dizaines d’anecdotes, ne fait pas exception. Une vie frottée d’ail livre les secrets de la bouillabaisse, des pieds et paquets, de la soupe au pistou, de la ratatouille ou des petits farcis, tout en révélant les dons d’un conteur dont l’humour, la faconde et la sensibilité pétillent de page en page. On y croise aussi bien Marius Morard, Jean-Baptiste Reboul ou Marie Mauron que Yul Brynner, les gardes du corps du président Pompidou, Abel Ferrara ou Jean Seberg. Si Gui Gedda défend bec et ongles la cuisine régionale, dans un combat avant tout sémantique et patrimonial, il demeure un (p)artisan sincère de l’ouverture méditerranéenne qui a permis à la Provence d’accueillir à bras ouverts la tomate, l’aubergine et tant de produits venus d’ailleurs. La cuisine provençale reste plus que jamais vivante.
S'identifier pour envoyer des commentaires.