La librairie est ouverte du mardi au samedi de 9h à 19h.

28-30 rue aux Cordiers
71400  Autun 

03 85 52 07 32

autunlibrairie@gmail.com

Max et les ferrailleurs, Les Cahiers rouges
EAN13
9782246833284
ISBN
978-2-246-83328-4
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
LES CAHIERS ROU (1)
Nombre de pages
288
Dimensions
19 x 12 cm
Poids
254 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Max et les ferrailleurs

Les Cahiers rouges

De

Grasset

Les Cahiers Rou

Offres

Autre version disponible

L’inspecteur Max, gueule cassée alcoolique à la gâchette facile, exaspéré par les braquages incessants, entend user de méthodes peu orthodoxes pour endiguer la vague de violence qui s’abat sur le Paris des années 1960. L’intrigue de ce roman à suspense est particulièrement originale. Il ne s’agit pas d’arrêter des assassins ou d’élucider un meurtre, mais au contraire de susciter le crime. Comme un marionnettiste, «  Max le Fou  » manipule une bande de voleurs de cuivre sans envergure pour les pousser au hold-up, afin de pouvoir les arrêter triomphalement au jour et à l’heure dite, en flagrant délit.
À l’origine du film culte de Claude Sautet, avec Michel Piccoli et Romy Schneider, le roman Max et les Ferrailleurs de Claude Néron paru chez Grasset en 1968, l’une des plus belles réussites du polar à la française. On y retrouve ce Paris voyou haut en couleur, avec ses petites frappes teigneuses, ses prostituées à la langue bien pendue, ses «  professionnels  » brutaux et cruels et, bien sûr, ses policiers cyniques prêts à tordre le droit pour arriver à leurs fins.
S’il y a du Audiard dans cette œuvre aux dialogues drôles et pittoresques, il y a aussi un peu de ce Nouveau Roman, en train de prendre son essor dans les années 60. Les courses-poursuites, les fusillades sont l’occasion de plongées psychologiques étonnantes et de réflexions subversives sur la violence et les conséquences sociales du colonialisme français.  «  Il ne fallait pas leur donner un fusil  », répète sempiternellement Max, en pensant à ces anciens soldats devenus des gangsters, puis lui-même ouvre le feu sans états d’âme, en «  professionnel  ».
S'identifier pour envoyer des commentaires.