La librairie est ouverte du mardi au samedi de 9h à 19h.

28-30 rue aux Cordiers
71400  Autun 

03 85 52 07 32

LIRE SOUS LES TILLEULS 2021 C'est le 26 juin de 10h à 18h, et c'est gratuit !

Ludivine Bantigny ou la Commune, hier et aujourd'hui

Que s'est-il passé entre le 18 mars et le 28 mai 1871 ? on le sait mal mais ce qu'on sait encore moins c'est comment la Commune a diffusé ses idées jusqu'à nous ! Quel est l'héritage de la Commune aujourd'hui ?

  • 1
  • 2

Une correspondance par-delà le temps

La Découverte

22,00

Dignité, justice sociale, partage du travail, égalité, rapport renouvelé à l'art, à l'éducation, à la culture et au quotidien... C'est tout cela, la Commune de Paris, une expérience révolutionnaire à bien des égards inouïe : pour la première fois, des ouvriers, des ouvrières, des artisans, des employés, des instituteurs et institutrices, des écrivains et des artistes s'emparent du pouvoir. Comme l'écrit Rimbaud qu'elle enthousiasme tant, la Commune entend vraiment " changer la vie " par des " inventions d'inconnu ". Ses protagonistes sont des femmes et des hommes ordinaires qui créent de l'extraordinaire, non seulement en l'imaginant mais en le mettant en pratique. C'est de leur expérience si actuelle que part ce livre, sous une forme originale : il est composé de lettres adressées à ces femmes et ces hommes comme s'ils et elles étaient encore en vie et comme si on pouvait leur parler. Ces lettres rendent la Commune vivante et présente, par un entrelacement des temps. L'ouvrage s'appuie sur un vaste travail d'archives et de nombreux documents, le plus souvent inédits : correspondances, débats, projets, procès... Il offre aussi au regard plus de cent photographies qui s'égrènent tout au long de ses pages, images d'époque et images d'aujourd'hui, comme un télescopage entre passé et présent. L'événement reste de par le monde une source d'inspiration, car il permet de réfléchir à l'émancipation, aux solidarités et aux communs. Il nous concerne toutes et tous, de manière plus brûlante que jamais, et demeure évocateur par les espoirs et les projets qu'il porte. Tant il est vrai que " la Commune n'est pas morte ".


Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle)

Baubérot arnaud (dir.)/ bantigny ludivine (dir.)

Presses universitaires de France

26,50

Dans la dynamique identitaire des organisations politiques, la place accordée à l’apprentissage et à la transmission revêt une importance décisive. Leur enjeu touche à la survie de ces organisations, du moins dans leurs références, leurs valeurs et leurs signes de reconnaissance. La filiation, entendue au sens familial et plus encore symbolique, d’une génération à l’autre, pose la question cruciale de la succession : qu’est-ce qu’hériter en politique et de quoi hérite-t-on ? Ce livre collectif, fruit d’un travail d’historiens croisant l’approche de politistes, de sociologues et de psychanalystes, étudie la manière dont se forgent et se transmettent des cultures politiques, d’une génération à l’autre, grâce à des passeurs d’héritage, et analyse les modifications que ces transmissions opèrent sur le contenu des valeurs, normes et rites politiques.

Ouvrage publié sous la direction de

Ludivine Bantigny, ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée et docteur en histoire, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen et chercheuse au Centre d’histoire de sciences Po. Elle a notamment publié Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie (Fayard, 2007) et, en codirection avec Ivan Jablonka, Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIXe-XXIe siècle (PUF, 2009).

Arnaud Baubérot, agrégé et docteur en histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC). Il a notamment publié Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature (PUR, 2004).

Avec les contributions de

Arianna Arisi Rota, Frédéric Attal, Walter Badier, Ludivine Bantigny, Arnaud Baubérot, Yannick Beaulieu, David Bellamy, Christine Bouneau, Matthieu Brejon de Lavergnée, Johann Chapoutot, Olivier Dard, Stéphanie Dechezelles, Marnix Dressen, Emmanuel Droit, Mathieu Dubois, Romain Ducoulombier, Frédéric Fogacci, Jean-Yves Frétigné, Louis Hincker, Christiane Kohser-Spohn, Marc Lazar, Anne Muxel, Jean-Paul Salles, Olivier Tort.


Une histoire des jeunes en France (XIXe-XXIe siècle)

Presses universitaires de France

26,50

L'actualité fait des jeunes un objet de débat, d'admiration ou d'angoisse. Une multitude de figures viennent s'intercaler entre le modèle du « jeune écrivain » et le contre-modèle du « jeune de cité ». Mais ces images sont des constructions dont les fondements plongent loin dans le passé. Elles contribuent à gommer la profonde diversité sociale de la jeunesse et escamotent les tensions qui existent en son sein.
Dès lors, étudier la jeunesse exige de s'interroger sur la transmission des comportements et des savoirs. Comment les jeunes se conforment-ils aux rôles qu'on leur assigne ? Sujets de contraintes et cibles de politiques, ont-ils vocation à contester l'ordre établi ? Pourquoi une société se montre-t-elle taraudée par « ses » jeunes, cédant alors à la tentation de l'expertise ? La jeunesse apparaît ainsi comme un sujet-creuset permettant de multiplier les approches et les méthodes, de démêler un fatras de clichés, de fantasmes et de slogans.
L'histoire, en dialogue avec la sociologie, offre la possibilité d'interpréter les discours médiatiques et politiques. Faire de la jeunesse un objet d'histoire permet de lui restituer sa dimension temporelle et son ambiguïté – tant il est vrai qu'elle n'existe que dans les mutations des discours, l'exercice des pratiques et le vertige des combats.


34,80

Avec une préface en dessins de Cabu ! Depuis plus de quarante ans, à la suite de la grande explosion de 1968, les jeunes prennent la parole. Au coeur de leur lycée, ils créent des fanzines, écrivent sur le monde et le croquent avec humour. Hier polycopiés, aujourd'hui mis en page sur ordinateur, ces journaux lycéens épousent leur époque d'un regard libre. Amour, identité, politique, études, chômage, guerres, terrorisme. ils racontent l'adolescence, sa rage et ses rêves et nous font découvrir une jeunesse engagée et responsable. Pour la première fois, un ouvrage leur est consacré. Plus 500 illustrations et 300 textes inédits donnent un regard neuf sur la jeunesse d'hier et d'aujourd'hui. C'est critique, acide, souvent drôle et émouvant, plein d'énergie.


12,00

À partir d'un remarquable travail dans les archives de toute la France, pour beaucoup inédites, Ludivine Bantigny restitue l'énergie des luttes, des débats, des émotions et des espoirs portés par les protagonistes de 68 : toutes celles et ceux - ouvriers, étudiants, militants mais aussi danseurs, médecins, paysans, artisans, poètes d'un jour, et les femmes à parts égales avec les hommes - qui ont participé au mouvement. Elle s'intéresse aussi à "l'autre côté" : la police, le pouvoir et les oppositions à la contestation. À travers la diversité des pratiques, les événements sont ici restitués au vif, dans toute leur intensité : il s'agit de revenir précisément aux faits, aux projets, à l'inventivité, à tout ce qui a été imaginé, de grand et de petit, pour réellement "changer la vie.
Ludivine Bantigny :
Historienne, maîtresse de conférences à l'université de Rouen Normandie, elle a notamment publié La France à l'heure du monde (Seuil, 2013 ; "Points Histoire", 2018).

  • 1
  • 2